Goldberg, Léa (1911 - 1970)

Auteure, poétesse, dramaturge et traductrice

Poétesse, auteure de livres en prose pour les enfants comme pour les adultes, dramaturge, traductrice et spécialiste de littérature, Léa (Leah) Goldberg est un monument de la littérature israélienne. Ses textes, tout en finesse, ont inspiré de nombreux chanteurs israéliens.

Née le 29 mai 1911 à Königsberg, à l’époque en Prusse-Orientale, Léa (Leah) Goldberg passe son enfance à Kovna en Lituanie. Lorsque éclate la Première guerre mondiale, sa famille immigre en Russie. Et c’est là que naît que son frère, Emmanuel, qui meurt d’une grave méningite avant d’avoir atteint ses 1 an. Ce souvenir hantera la future poétesse toute sa vie.

A la fin de la guerre, la famille revient à Kovna. Mais le père, soupçonné d’appartenir au parti communiste, est arrêté par les autorités lituaniennes et cruellement torturé. Il ne se remettra jamais du traumatisme enduré, et sera atteint d’une maladie mentale qui provoquera le divorce du couple. Cet épisode tragique va marquer durablement la vie de Léa Goldberg. Après avoir constaté que son oncle paternel avait également souffert d’une maladie mentale, elle fait le choix de ne pas avoir d’enfant.

Depuis sa plus tendre jeunesse, Léa Goldberg a ressenti un fort attrait pour la littérature et les langues. En 1933, après avoir suivi des études de philosophie et de langue sémitique aux universités de Kaunas (Lituanie) et de Berlin, elle soutient une thèse sur le dialecte samaritain à l’université de Bonn. Après l’obtention de son doctorat, elle retourne en Lituanie où elle enseigne la littérature au Gymnasium (lycée) hébraïque de Raseiniai. Elle adhère alors à la société littéraire Petah et, à partir de 1932, ses poèmes sont publiés dans des journaux en hébreu. Grâce à une autorisation d’immigration envoyée par le poète Abraham Shlonsky, elle immigre en Palestine mandataire au printemps 1935. Là-bas, elle rejoint le groupe de poètes modernistes Yahdav (« Ensemble ») auquel appartiennent également Abraham Shlonsky, Nathan Alterman, Yaakov Horovitz et Israël Zmoura. En cette même année 1935, elle publie son premier recueil de poésies intitulé Anneaux de fumée.
L’année suivante, sa mère émigre à son tour et toutes deux s’installent à Tel Aviv. Léa Goldberg y trouve du travail comme conseillère littéraire pour le théâtre national Habima et comme éditrice de livres pour enfants aux éditions Sifriat ha-Po’alim. Elle est également rédactrice de Davar le-Yeladim et de Orot Ketanim, revues destinées aux enfants de la diaspora. Elle traduit les plus importants ouvrages de la littérature classique étrangère et écrit des critiques littéraires et théâtrales.
En 1954, elle est nommée chargée de cours en littérature à l’Université hébraïque de Jérusalem, puis maître de conférences et enfin professeur. À partir de 1963, elle dirige le département de littérature comparée de l’Université hébraïque de Jérusalem.

Elle décède à Jérusalem le 15 janvier 1970, à l’âge de 59 ans, des suites d’un cancer.

Les livres pour enfants écrits par Léa Goldberg, parmi lesquels « Mes amis de la rue Arnon » (1943), « Que font les biches ? » (1949), « Petite cabane » (1959), « Un appartement à louer » (1959), « Miracles et merveilles » (1954), « Où est Pluto ? » (1957), « L’homme dérangé de Kfar Azar (1968) sont encore très populaires de nos jours considérés comme une des fleurons de la littérature hébraïque destinée aux jeunes lecteurs.
Ses poèmes, qui se caractérisent par un respect tout particulier de la rime et du rythme, demeurent populaires dans la culture israélienne. Nombre d’entre eux ont été mis en musique et chantés, notamment par Chava Alberstein, Yehudit Ravitz, Nurit Galron, Achinoam Nini, Arik Einstein et Yossi Banai.

Léa Goldberg a reçu le « Prix Ruppin » (1949) et le « Prix Israël de littérature » (1970) (remis à titre posthume à sa mère, Tzila, qui lui survivra 13 ans).

Sources : Wikipedia et de Lettres d’Israel

Ecouter la playlist Les poèmes de Léa Goldberg mis en musique

Vous aimerez aussi

Concert - Exposition à La Chapelle-en-Serval, hommage à Fernand Halphen

Dimanche 7 octobre 2018, de 15h à 17h à la Chapelle-en-Serval (60520), concert-exposition hommage à Fernand Halphen, mort pour la France à la Salle (…)

"La musique, une prière", avec Hervé Roten et Francis Huster

ÉMISSION de TV, Dimanche 30 septembre de 9h15 à 10h, sur FRANCE 2, Hervé Roten et Francis Huster seront les invités de l’émission "A l’origine, (…)

Kol Nidré - Nouvelle visions

DERNIÈRE PARUTION DE L’IEMJ. Ce CD présente 10 nouvelles visions musicales de la prière du Kol Nidré, interprétées par 20 musiciens (chanteurs, (…)

Concert de gala de l’Institut Européen des Musiques Juives - 4e édition

DIMANCHE 11 NOVEMBRE 2018, 17h30, salle Cortot - Paris, l’IEMJ vous convie à son Concert de Gala. ACHETEZ VOS PLACES DES A PRESENT sur notre (…)

Vingt Nigunim pour clarinette et piano de Claudine Movsessian et Martine Vialatte

PARUTION D’UN NOUVEAU RECUEIL DE PARTITIONS AUX EDITIONS DE L’IEMJ : Vingt Nigunim pour clarinette et piano, de Claudine Movsessian et Martine (…)